Les États-Unis rejoignent l’IITA

  • 30 Novembre 2011

D’après les dernières nouvelles du Quatrième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide de Busan, ce matin, la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a annoncé que les États-Unis ont rejoint l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA).

À la suite des annonces similaires formulées par l’Agence canadienne de développement international (ACDI), le CDC et la Banque interaméricaine de développement (BID), à Busan hier, le nombre total de signataires de l’IITA s’élève désormais à 26.

Les États-Unis sont le plus grand donateur bilatéral au monde ; leurs engagements annuels en matière d’aide s’élèvent à 30 milliards de dollars US. Avec l’adhésion de l’ACDI et des États-Unis, les signataires de l’IITA représentent désormais environ 80 % du financement public du développement[i].

Les États-Unis se sont engagés dans le processus de l’IITA dès le départ en tant qu’observateurs, et ont déjà pris un certain nombre de mesures pour accroître la transparence de leurs informations relatives à l’aide, telles que le lancement du tableau de bord Foreign Assistance.

Publier des données conformément à la norme internationale permettra d’accéder à ces informations, de les utiliser et de les comparer plus aisément. En retour, les donateurs et les gouvernements des pays en développement pourront ainsi planifier et gérer plus efficacement leurs précieuses ressources consacrées à l’aide, et maximiser les retombées de l’aide à la réduction de la pauvreté. Cette publication aidera également les parlements, les organisations de la société civile et les citoyens des pays fournissant et recevant de l’aide à demander des comptes à leur gouvernement à l’égard des dépenses d’aide.

Si vous participez au Quatrième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide et souhaitez en apprendre davantage sur l’IITA, veuillez contacter notre délégation :

Simon Parrish ([email protected], tél. +82 1058 504 608) ou

Isabel Bucknall ([email protected], tél. +82 1058 504 624).

 



[i] Ou environ 75 % de l’aide publique au développement.