Participez au GCT 2018 : utilisation des données de l’IITA dans le contexte humanitaire

  • 12 Novembre 2018

Wendy Rogers headshot

Participez à la séance du GCT 2018 :

Les données de l’IITA dans le contexte humanitaire

Date : jeudi 13 novembre

Heure : 15 h 50

Session 8 : Salle Madhavi

Programme complet : Programme du GCT 2018 de l’IITA

Cet article a été rédigé par Wendy Rogers, analyste principale d’activités et de données pour le volet du « Grand Bargain » consacré à la transparence et Development Initiatives.

Il est largement reconnu qu’il faut renforcer la transparence pour garantir l’efficacité des interventions humanitaires. L’absence de données fiables et accessibles en temps utile sur la nature et la destination des ressources entrave de manière significative la capacité des donateurs, des gouvernements et des organisations concernées à planifier et à mettre en œuvre des interventions efficaces face aux crises.

L’absence de données fiables et accessibles en temps utile sur la nature et la destination des ressources entrave de manière significative la capacité des donateurs, des gouvernements et des organisations concernées à planifier et à mettre en œuvre des interventions efficaces face aux crises.


Conclu dans le cadre du sommet mondial sur l’action humanitaire en 2016, le pacte relatif au financement de l’action humanitaire « Grand Bargain » a pour but d’accroître l’efficacité et l’efficience des ressources humanitaires disponibles. Ces 20 dernières années, la pression exercée sur le « système » humanitaire a augmenté de manière exponentielle et cette tendance ne semble pas prête de s’inverser (le rapport 2018 sur l’aide humanitaire internationale de Development Initiatives permet de comprendre et de mieux connaître les difficultés rencontrées par le secteur humanitaire).

Le premier des dix engagements du « Grand Bargain » consiste à améliorer la transparence du financement humanitaire. Tous les signataires se sont engagés à « publier des données de qualité, transparentes, harmonisées, ouvertes et accessibles en temps utile » sur le financement de l’action humanitaire, conformément à la norme de l’IITA. Les signataires sont également tenus de mieux utiliser les données disponibles aux fins de prise de décisions, d’apprentissage et de responsabilité.

Deux ans après la signature du « Grand Bargain », le volet consacré à la transparence affiche des progrès. Nos efforts se sont principalement centrés sur la collaboration avec les signataires du « Grand Bargain » en vue de les aider et de les encourager, d’une part, à publier des données conformément à la norme de l’IITA s’ils ne le faisaient pas déjà et, d’autre part, à améliorer la qualité de leurs données en passant à la version v2.02 ou ultérieure de la norme de l’IITA, afin de pouvoir utiliser les nouvelles fonctionnalités ayant spécifiquement trait à l’action humanitaire.

De ce fait, 78 % des signataires publient désormais des données ouvertes suivant la norme de l’IITA et, parmi eux, ils sont 89 % à fournir des informations sur leurs activités humanitaires (chiffres datant de septembre 2018). Cela étant, le suivi de la qualité des données fournies par les signataires du « Grand Bargain » dans le cadre de l’IITA se poursuivra par l’intermédiaire du tableau de bord de la transparence du « Grand Bargain » afin d’appuyer et d’encourager l’amélioration constante de la qualité des données publiées.

Néanmoins, si le fait d’amener l’ensemble des signataires à publier des données conformément à la norme de l’ITTA constitue une première étape cruciale pour assurer la disponibilité d’un plus grand nombre de données, cela n’entraîne pas automatiquement l’amélioration du processus décisionnel ni de l’efficacité des interventions face aux crises humanitaires. Les données produites doivent être utilisées – elles doivent être transformées en informations et en preuves pour éclairer et influencer les décisions concernant les interventions humanitaires futures, le renforcement continu de la résilience et l’action en faveur du développement. Elles doivent également servir à accroître la responsabilité. Par conséquent, la prochaine étape à franchir dans le cadre du volet consacré à la transparence consistera à faire en sorte de faciliter et de soutenir l’utilisation des données de l’IITA.

Le Service de surveillance financière du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) joue un rôle déterminant dans l’utilisation des données au sein de la communauté humanitaire. De par son mandat officiel (qui découle d’une résolution des Nations Unies plus globale), l’OCHA a la responsabilité de coordonner les interventions humanitaires de la communauté internationale et d’assurer le suivi des informations financières connexes. Le volet consacré à la transparence est par conséquent étroitement lié au Service de surveillance financière et il sera axé sur les activités suivantes :

  • Poursuivre le projet pilote visant à permettre au Service de surveillance financière d’importer automatiquement les fichiers de données publiées conformément à la norme de l’IITA dans ses systèmes sans avoir à dépendre des organisations qui lui communiquent des informations de manière volontaire et (parfois) manuelle. Cinq organisations participent déjà au projet pilote ; ce chiffre devrait augmenter de manière significative en 2019.

  • Montrer aux signataires et à l’ensemble de la communauté humanitaire comment les données de l’IITA peuvent être utilisées non seulement pour résoudre certaines questions soulevées dans le cadre du « Grand Bargain », mais également pour appuyer l’apprentissage et la responsabilité, et contribuer ensuite à mettre en avant les domaines pouvant être améliorés.

Comme vous pouvez le constater, il est à la fois intéressant et stimulant de travailler avec la communauté humanitaire sur les données de l’IITA. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à assister à la discussion que j’animerai en marge de la réunion du GCT de l’IITA, en compagnie de Steven Flower, coordinateur du projet pilote de l’IITA et du Service de surveillance financière. Rendez-vous le mardi 13 novembre à 15 h 50 à la session 8.

Si vous êtes dans l’impossibilité d’y assister, vous pouvez me contacter directement à l’adresse wendy.rogers@devinit.org – Wendy Rogers, analyste principale d’activités et de données pour le volet du « Grand Bargain » consacré à la transparence et Development Initiatives.