L’OCHA devient signataire de l’IITA

  • 7 janvier 2013

L’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA) célèbre aujourd’hui un événement marquant alors que le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) devient son dernier signataire en date. Vous trouverez ci-dessous l’article invité de l’OCHA.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a rejoint l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA). À ce titre, il présente désormais les informations sur ses contributions d’aide dans un format compatible avec les normes sectorielles et d’autres initiatives autour des données ouvertes.

L’IITA est une initiative multipartite qui a réuni des donateurs, des gouvernements bénéficiaires d’aide, des représentants de la société civile et des experts de l’information sur l’aide afin de créer une norme internationale ouverte et commune destinée à la publication d’informations sur l’aide humanitaire et au développement.

D’après la Secrétaire générale adjointe de l’OCHA, Valerie Amos : « Adhérer à l’IITA, c’est faire un grand pas en vue du renforcement de la responsabilité et de l’amélioration de l’utilisation des données. L’OCHA prouve ainsi son engagement en faveur de la transparence, qui est essentielle pour suivre les retombées de nos actions et renforcer leur efficacité. »

Les données relatives à l’aide sont très utiles aux gouvernements qui les utilisent pour planifier leurs actions, gérer leurs fonds et améliorer la coordination. Dans les pays bénéficiaires comme dans les pays donateurs, les organisations de la société civile et le grand public analysent les données pour mieux comprendre comment et où l’argent de l’aide humanitaire est utilisé pour sauver des vies et aider les populations dans le besoin.

Depuis 20 ans, le  Service de surveillance financière de l’OCHA publie des données sur l’aide humanitaire internationale déclarée par les donateurs et les organisations récipiendaires. En collaborant avec l’IITA et en respectant les critères de l’Initiative, le Service renforcera l’accessibilité de ses données. Résultat : les utilisateurs spécialisés pourront créer des bases de données, tableurs, applications web, documents imprimés et visualisations de données à partir de ces informations.

Devenu signataire de l’IITA en août, l’OCHA a commencé à publier ses données conformément à la norme de l’Initiative à la mi-décembre. L’IITA compte à ce jour 35 signataires, qui incluent des donateurs, des organisations multilatérales et des organismes des Nations Unies. Par ailleurs, 22 gouvernements de pays en développement soutiennent l’Initiative.

« Nous encourageons toutes les organisations humanitaires à examiner comment elles peuvent collaborer avec des initiatives axées sur les données ouvertes », a conclu Mme Amos.

D’après le communiqué de presse de l’OCHA. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unocha.org ou contactez sa porte-parole adjointe, Clare Doyle, à l’adresse électronique [email protected]