La Roumanie publie ses données conformément à la norme de l’IITA

  • 10 août 2015

Drapeau roumainLa Roumanie est récemment devenue le premier des 12 nouveaux États membres de l’Union européenne à publier des données relatives à ses activités de coopération au service du développement.

En sa qualité de coordinateur du programme de coopération au service du développement du pays, le ministère des Affaires étrangères de Roumanie s’engage à améliorer la transparence de ses activités et à mieux informer de son travail les parties prenantes nationales et internationales.

Nous avons interrogé des membres du personnel du ministère au sujet des raisons pour lesquelles la Roumanie publie des données conformément à la norme de l’IITA, de l’expérience du pays en matière de publication, et de leurs éventuelles recommandations à l’intention d’autres organismes et gouvernements envisageant la même démarche.

Pour quelles raisons la Roumanie a-t-elle commencé à publier des données conformément à la norme de l’IITA ?

En tant que signataire du Partenariat de Busan, la Roumanie est l’une des parties prenantes ayant accepté d’améliorer l’accessibilité et la disponibilité des données relatives à leurs activités de coopération au service du développement d’ici la fin de l’année 2015. Par ailleurs, en 2014, malgré les mesures prises pour améliorer la communication des résultats, la Roumanie était 39e sur les 50 organismes bilatéraux classés dans l’Indicateur de la transparence de l’aide, avec un score de 10,6 %. Ce classement insatisfaisant, qui appelait des actions décisives, nous a poussés à commencer à publier des données conformément à la norme de l’IITA et à améliorer nos performances.

Quels outils et procédures avez-vous utilisés pour publier vos données conformément à la norme de l’IITA ?

Pour publier des données conformes à la norme de l’IITA, nous avons eu recours à la base de données EU-DEVFIN. Cet outil, qui promeut la transparence des comptes rendus relatifs à l’aide publique au développement des États membres de l’Union européenne, contribue à la concrétisation des engagements pris au titre du Partenariat de Busan. Les données soumises à EU-DEVFIN par le ministère des Affaires étrangères sont fondées sur les comptes rendus annuels de la Roumanie en matière d’aide publique au développement. Cet outil a non seulement contribué à améliorer la qualité de nos données, une condition préalable indispensable à la transparence, mais nous a aussi offert une méthode simple de production de données conformes à la norme de l’IITA : en effet, EU-DEVFIN peut convertir des données au format requis par l’IITA.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans le cadre de la publication de données au format de l’IITA ? Comment les avez-vous résolues ?

La principale difficulté que nous avons rencontrée était de coordonner l’utilisation du système d’établissement de rapports d’EU-DEVFIN par l’ensemble des institutions publiques nationales. Afin de gérer efficacement ce processus, nous avons organisé des formations et d’autres activités de sensibilisation à l’importance des comptes rendus. Nous avons également mis en place un système de communication avec les points de liaison de chaque organisme public.  Sur le plan technique, la base de données EU-DEVFIN est à l’origine de quelques erreurs lors de l’export de fichiers au format de l’IITA. L’assistance de l’équipe technique de l’IITA a donc joué un rôle essentiel dans la prise de mesures nécessaires à la correction de ces erreurs avant la publication de nos données. Nous nous efforçons à présent d’améliorer la base de données EU-DEVFIN et de réparer la fonction d’export de fichiers au format de l’IITA afin de faciliter les publications futures.

Quels pourraient être les avantages de la publication de données ouvertes dans le cadre de votre travail ?

La publication d’informations relatives aux flux d’aide dans un format commun et comparable apporte une forte valeur ajoutée à nos activités. En effet, elle nous aide à mieux faire connaître nos résultats au grand public, puisque la norme de l’IITA permet la publication de données comparables, plus simples à analyser et plus fiables. En outre, la Roumanie souhaite s’élever au rang d’acteur clé et efficace du secteur du développement mondial, et la publication de données ouvertes accroît la visibilité de nos données, aussi bien au niveau national qu’au niveau international. Enfin, la publication de données ouvertes renforce la confiance des citoyens dans notre travail ainsi que leur soutien, grâce auquel nous pouvons continuer à améliorer et à renforcer le programme de coopération au service du développement de la Roumanie, ce qui augmente l’efficacité de notre travail.

Avez-vous des recommandations à faire à d’autres gouvernements ou organismes qui envisageraient de rejoindre l’IITA ?

Notre principale recommandation serait de faire de la publication de données au format de l’IITA un objectif clé, et de planifier sa réalisation à l’aide des outils, systèmes et procédures techniques existants. La base de données EU-DEVFIN peut être utile aux gouvernements qui envisagent de créer leurs propres bases de données, car il s’agit d’un logiciel libre capable de produire des données au format de l’IITA.

Si votre organisation s’intéresse aux méthodes de publication de données conformes à la norme de l’IITA, à l’utilisation de la base de données EU-DEVFIN ou à celle d’autres outils, vous pouvez contacter l’équipe technique de l’IITA à l’adresse [email protected].