L’IITA accueille un nouveau Secrétariat

  • 6 Septembre 2013

Communiqué de presse du 6 septembre 2013

À l’occasion du 5e anniversaire du Programme d’action d’Accra et pour donner un nouvel élan à la transparence des dépenses de développement dans le monde, un collectif multipartite endosse aujourd’hui son nouveau rôle de Secrétariat de l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA) depuis le ministère du Développement international du Royaume-Uni.

Le nouveau Secrétariat est dirigé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aux côtés duquel siègent le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS), les gouvernements du Ghana et de la Suède, et l’organisation non gouvernementale britannique Development Initiatives.

« Le PNUD est fier de diriger le nouveau Secrétariat », a déclaré Helen Clark, Administrateur du PNUD. « Notre organisation s’engage depuis longtemps à mener ses activités au grand jour et tient à assurer l’utilisation la plus efficace et la plus transparente des ressources qui lui sont confiées aux fins du développement. »

Une initiative multipartite

« L’IITA a fait d’énormes progrès depuis sa création en 2008. La Suède, en tant que membre du collectif qui hébergera l’IITA au cours des trois prochaines années, reste au tout premier rang de ceux qui préconisent une plus grande transparence », a fait savoir la ministre suédoise de la Coopération internationale pour le développement, Gunilla Carlsson.

Selon Mme Carlsson, l’accessibilité des données relatives à chaque activité renferme un potentiel extraordinaire pour les acteurs sur le terrain. La transparence des données permettra également aux donateurs de mieux s’acquitter de leur tâche en guidant leurs prises de décisions, en facilitant la collaboration entre partenaires, en servant la lutte contre la corruption, et en favorisant la responsabilité envers les contribuables.

Dans les pays donateurs comme dans les pays en développement, les citoyens ne disposent pas des informations nécessaires pour demander aux autorités de justifier l’utilisation de ces ressources. D’après le ministre ghanéen des Finances, Seth Tekper : « Les pays en développement ont un mal énorme à se procurer des informations à jour sur l’aide au développement. Ces difficultés ont des répercussions négatives sur notre capacité à planifier et à gérer efficacement notre développement économique. »

L’IITA cherche à combler ces lacunes en rendant les informations sur les dépenses de développement plus faciles à trouver, à utiliser et à comprendre. D’après M. Tekper : « Les buts et les objectifs de l’Initiative sont conformes aux objectifs de politique budgétaire du gouvernement ghanéen, à savoir le renforcement des procédures budgétaires et des méthodes comptables générales. C’est dans ce contexte que le Ghana a entériné puis activement soutenu l’IITA. »

Les prochaines étapes

La capacité de l’IITA à s’adapter au paysage changeant de la coopération en faveur du développement constitue le principal enjeu des trois prochaines années. Hormis une plus grande utilisation de ses données, notamment au niveau national, les nouvelles priorités de l’IITA comprennent l’amélioration de sa norme et l’augmentation du nombre de ses adhérents.

L’Initiative devra aller au-delà de l’aide publique au développement pour incorporer des informations sur d’autres flux de financement du développement. À cette fin, une collaboration plus étroite devra être mise en place avec un large éventail de donateurs, en particulier les économies émergentes, les fondations et le secteur privé.

S’exprimant au nom de Development Initiatives, Harpinder Collacott, a déclaré : « En tant que responsable du domaine technique du collectif, notre but est d’aider un plus grand nombre d’organisations à publier des données conformes à la norme de l’Initiative, d’améliorer la qualité des données publiées et d’encourager une plus grande utilisation de ces données. »

L’Initiative entend également renforcer les partenariats avec d’autres organisations œuvrant dans le domaine de la transparence afin de faciliter l’évolution vers une norme ouverte à tous, commune et unique. Une équipe technique comprenant des spécialistes de l’IITA et du Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (CAD de l’OCDE) a été créée en vue d’assurer la complémentarité de la norme commune avec le système de notification des pays créanciers et l’enquête sur les dépenses prévisionnelles du CAD.

Ces thèmes seront examinés durant la prochaine réunion du Comité directeur de l’Initiative, qui se déroulera les 2 et 3 octobre dans le nouveau complexe de la Cité de l’ONU à Copenhague.

Le directeur général de l’UNOPS, Jan Mattsson, a déclaré : « Je serai très heureux d’accueillir les membres de l’Initiative à Copenhague en octobre pour la première réunion du Comité directeur depuis l’entrée en fonction de son nouveau Secrétariat. La transparence est essentielle pour l’efficacité de l’aide, et je suis convaincu que la nature large, inclusive et dynamique de l’Initiative permettra d’augmenter le nombre d’adhérents et de faire progresser le programme de transparence. »

Publier une fois, utiliser souvent

Fondée en 2008, l’IITA a mis au point un format commun grâce auquel les pays qui souhaitent communiquer leurs dépenses actuelles et prévisionnelles en matière de coopération au développement peuvent publier ces données en temps voulu, de manière comparable et fiable. Les flux de financement, budgets, résultats, lieux, calendriers et descriptifs de projet sont ajoutés à une base de données en ligne qui est accessible à tous les usagers qui cherchent à savoir où, quand et comment les fonds destinés à la coopération pour le développement ont été déboursés.

Plus de 170 pays, organismes des Nations Unies, banques multilatérales et organisations non gouvernementales – représentant ensemble 76 % de l’aide publique au développement – saisissent leurs informations selon la norme de l’IITA. Par ailleurs, plus de 20 pays partenaires ont entériné l’Initiative.

-FIN-

L’IITA accueille un nouveau Secrétariat (en anglais)

L’IITA accueille un nouveau Secrétariat (en espagnol)

L’IITA accueille un nouveau Secrétariat (en français)

Notes à l’intention des rédacteurs

Présent dans 177 pays, le PNUD se trouve dans une position unique pour atteindre toutes les parties prenantes, y compris au sein du système des Nations Unies. Défenseur de longue date de la transparence, cet organisme des Nations Unies a toujours respecté le calendrier de mise en œuvre convenu avec l’IITA, comme l’attestent le lancement récent du site open.undp.org et la publication de données sur des projets représentant plus de 5,8 milliards de dollars. Également membre du Secrétariat de l’IITA depuis 2011, le PNUD accompagne les initiatives pilotes menées dans les pays en développement pour évaluer les retombées positives de l’IITA. À la tête du nouveau Secrétariat, il sera chargé de superviser la coordination ainsi que les activités de communication et de sensibilisation des pays partenaires et des donateurs non traditionnels. Il assurera aussi la liaison avec le Comité directeur.

Le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) a démontré son soutien à l’IITA en devenant le premier organisme des Nations Unies à publier ses informations en vertu de la norme de l’Initiative en octobre 2011. Depuis, l’UNOPS a aidé d’autres agences des Nations Unies à suivre son exemple, tout en faisant progresser la transparence dans d’autres secteurs, comme les systèmes d’approvisionnement des Nations Unies. Le Bureau assurera des services de gestion financière et administrative, notamment les achats, la collecte des cotisations et des contributions volontaires, le déboursement des ressources destinées aux partenaires et la gestion des contrats. Il veillera aussi au bon fonctionnement de tous les aspects logistiques du Secrétariat, du Comité directeur et des réunions du GCT de l’IITA.

Le Ghana a été l’un des premiers pays partenaires à soutenir l’IITA, puis un membre actif du Comité directeur et du Groupe des pays partenaires de l’IITA, dont il a souvent joué le rôle de porte-parole. Son attachement à la cause de la transparence se retrouve dans sa constitution et dans son appartenance au Mécanisme africain d’évaluation par les pairs et au Partenariat pour un gouvernement ouvert Le pays est bien placé pour encourager les pays partenaires à adhérer au processus de l’IITA, car il a joué un rôle pionnier dans le domaine de la transparence gouvernementale et accueilli le troisième Forum de haut niveau à Accra, ainsi que l’atelier consultatif de l’IITA pour les régions de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. Le Ghana présidera le Groupe des pays partenaires de l’IITA, dirigera ses actions politiques et coordonnera la sensibilisation des pays partenaires en s’assurant que leurs intérêts sont bien pris en compte dans la gestion de l’Initiative.

La Suède est l’un des membres fondateurs de l’IITA et l’un des premiers donateurs à avoir publié des données conformément à la norme de l’Initiative. Dans le cadre de la préparation du Forum de Busan, elle a assisté le Secrétariat de l’IITA pour renforcer ses capacités en matière de dialogue politique et assurer la coordination avec l’Élément constitutif portant sur la transparence (codirigé par la Suède et la Banque mondiale). Le pays a également démontré son engagement en faveur de la transparence en lançant des initiatives nationales telles que la garantie relative à la transparence de l’aide et la plateforme en ligne OpenAid.se. Par ailleurs, la Suède a participé à d’autres initiatives, dont le Partenariat pour un gouvernement ouvert, l’Open Aid Partnership et le grand défi Making All Voices Count. La Suède mènera pour l’IITA le dialogue politique avec les donateurs et leur sensibilisation. Elle assurera également la liaison entre le Secrétariat de l’IITA et les autres instances concernées par la norme commune, telles que le Partenariat pour un gouvernement ouvert, l’Open Aid Partnership, le CAD de l’OCDE (plus précisément, le Groupe de travail sur les statistiques, GT-STAT) et le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement.

Development Initiatives (DI) est membre du Secrétariat et du Comité directeur depuis la naissance de l’IITA. En tant que tel, DI a préparé le document d’orientation initial sur l’IITA, aidé à élaborer la norme de l’IITA tout en veillant à ce qu’elle réponde aux besoins des parties prenantes dans les pays partenaires, et coordonné la création et le lancement du registre de l’IITA. À ce jour, DI a déjà apporté une aide technique à 25 signataires de l’IITA qui souhaitaient publier leurs informations relatives à l’aide dans le registre de l’IITA. Première ONG à avoir publié ses données conformément à la norme de l’IITA en juillet 2011, elle a depuis collaboré avec le réseau Bond pour aider 60 ONG britanniques et 12 autres organisations non-signataires à publier leurs données dans le cadre de l’IITA. DI assurera la direction technique et fournira une aide pour mettre en œuvre, tenir à jour et perfectionner la norme de l’IITA. Elle continuera d’assister les autres membres du collectif dans leurs activités de communication et de sensibilisation.

Contact médias : media@iatistandard.org